La Paz et alrededores

Un passage de la frontière express: Une fois les parents partis je prends un bus direct de Cusco à La Paz. C’est la première fois que je passe une frontière sans  »No man’s land ». Ici, deux petits bureaux à côté : Celui du Pérou et celui de la Bolivie. Un tampon de sortie, un tampon d’entrée et le tour est joué.

J’arrive à La Paz en fin de matinée, et alors que j’attends dans l’entrée de l’auberge que j’avais repérée pour faire le check-in, je vois un panneau : « Staff wanted ». Deux argentins attendent un entretien pour ce volontariat. Quand Maria Eugenia vient leur parler j’écoute et sur une impulsion je me lance: « euh moi aussi potentiellement je serai intéressée… ». Et voilà comment je me suis faite embauchée pour deux semaines et demie pour tenir le resto-bar de The adventure brew hostel. Le deal: 5 jours de travail par semaine, 6h/j quand je suis à l’hôtel principal (13h-19h ou 19h-1h) et 8h au B&B (14h-22h) où c’est plus tranquille. Petit déj’ tous les jours, un repas et 3 boissons gratuites les jours de boulot.

C’est un gros hostel de backpackers, où l’on parle principalement l’anglais (sauf avec le staff où je ne parle qu’en espagnol). 180 lits dont des dortoirs de 20! Table de ping-pong, billard, baby-foot, roof-top avec une vue sympathique sur la ville et l’Illimani (volcan qui domine à 6400m). Ça fait la fête (nous avons des soirées à thème), mais pas trop. L’ambiance est plutôt sympa avec les autres volontaires : 5 argentins, une brésilienne, un espagnol et un équatorien. Et c’est rigolo de voir passer différents types de voyageurs: ceux au long cours qui restent un moment à l’auberge, partent en excursion au guise de leurs rencontres, puis reviennent se poser à La Paz, et ceux qui n’ont que 2-3 semaines de vacances et ont déjà un planning bien défini.

Mon lieu de travail

À présent, présentation de cette ville pas ordinaire. La Paz, ville de 2,3 millions d’habitants, est située dans une cuvette à une altitude allant de 3600m à presque 4000m lorsqu’on monte vers El Alto, la partie plus populaire de la ville où le marché de TOUS types de produits à bas prix attire une bonne partie de la ville principalement les jeudis et dimanches.

El Alto

À La Paz, impossible de mettre en place métro ou tram, alors pour relier les différents quartiers, la ville haute et la ville basse, un réseau d’une dizaine de lignes de téléphérique traverse la ville. À 3 bolivianos le trajet soit à peine 40 centimes d’euros. Très sympa pour avoir un aperçu de la ville et ces différents quartiers de jour comme de nuit.

Au fond, l’Illimani

L’architecture de la ville est complètement désordonnée avec un mélange de bâtiments coloniaux plus ou moins rénovés, de maisons de briques rouges, de tours aux architectures très différentes,… Marchés, petites boutiques et ventes de rues de succèdent pour les touristes et les locaux.

La place San Francisco.

Entourée de la cathédrale du même nom et de l’immense marché couvert Lanza, elle est toujours occupée pour des petits shows, les gens s’asseillant sur les marches de l’esplanade pour y assister. Des cireurs de chaussures, sont alignés le long de la place, couverts de la tête aux pieds pour se protéger du soleil mais également pour cacher leur identité.

Remarquez le chapeau des cholitas, droit sur leur tête si elles sont mariées, légèrement penché sur le côté si elles sont célibataires ou veuves

Stand de nourriture le moins cher du marché, sopa de fideo (pates/milanaise) à 3,5 bolivianos!

Le witch market.

Un marché où se vend plantes médicinales, des « potions » pour attraper sa/son bien aimé/e, booster ses performances sexuelles, et des préparations cérémoniales qui incluent le sacrifice de bébés lamas (ils sont suspendus, séchés, aux devantures de ces échoppes…), notamment avant la construction d’une maison.

Désolée pour les âmes sensibles, mais l’on voit bien pendre au fond, les bébés lamas pour les sacrifices, ce n’est pas un mythe ancien… 😦

La prison Sans Pedro.

Une prison pas classique puisque les femmes et les enfants des prisonniers peuvent y vivre! Les enfants vont à l’école sur la place à côté. À l’intérieur, la prison fonctionne avec ses propres règles, quasi en autonomie. Il y a des responsables de quartiers, les prisonniers tiennent leurs magasins : coiffeurs, restaurants,… Mais aussi un traffic de cocaïne… Les visites touristiques y sont maintenant interdites.

La Plaza Murillo.

Envahie par les pigeons, cette place est entourée de la cathédrale, du palais présidentiel et du palais législatif (congrès).

Point commun avec les français, les boliviens sont connus en Amérique latine pour leurs grèves et manifestations. Mais franchement, ils sont un niveau au dessus de nous. Quand je suis arrivée, la ville de Sucre était entièrement bloquée, ne laissant rentrer ni sortir personne : j’ai rencontré plusieurs personnes qui y sont restées coincées pendant plus d’une semaine… Et à La Paz il ne s’est pas passé une journée sans que je vois une manifestation coupant en partie l’Avenue principale à son passage!

3 lieux visités pendant que je bossais à La Paz.

La vallée de la Luna.

Proche, 45 minutes en bus de La Paz. Promenade d’une heure à travers des monticules de terre semblables à des stalagmites, formés par les pluies.

La Death Road.

Une ancienne route, à présent interdite aux véhicules, à cause des trop nombreux accidents qu’elle a engendrés. Ces 62 kms de descente dont plus de la moitié sur un chemin accidenté sont devenus L’attraction touristique depuis La Paz. De nombreuses agences se bousculent pour proposer cette sortie bien équipée avec VTT double suspension, combi, casque et protections pour les genoux et les coudes. Très sympa, on part à 47000m daltitud’a dans des montagnes pelées en claquant des dents pour arriver à 1100m, sous la chaleur dans la jungle.

Nous voilà parés au départ !

La Huayana Potosi.

Un sommet à 6088m. 3 jours à la montagne. Des lacs aux couleurs variées. La neige, les crevasses, les crampons, le piolet, …

Voilà le récit détaillé :

Arrivée le premier jour en voiture à 4700m. L’après midi c’est entraînement avec crampons et piolet sur le début du glacier. Dîner à 17h avec mon guide Marcial, puis il me laisse seule au refuge car il doit monter pour accompagner quelqu’un d’autre dans la nuit… Du coup je vais me faire un petit tour dans les rochers au coucher du soleil et un à la nuit tombée : superbe, la lune étincelle et éclaire le sommet enneigé de la Huayana Potosi!

C’est parti pour l’entraînement!

Le deuxième jour, je me lève à 7h et entend du bruit. Marcial est revenu, finalement un autre guide est parti en expédition. Après le petit déjeuner j’ai du temps libre et je remonte à travers les rochers, plus haut cette fois, ce qui me permet d’avoir un panorama exceptionnel sur 3 lacs et la montagne enneigée derrière moi. Nous mangeons à 11h et sommes prêts à partir quand un groupe de l’agence arrive. Ils ont besoin de Marcial pour l’entraînement sur glacier… Comme moi je n’ai pas trop envie d’attendre qu’ils aient fini pour monter au 2ème refuge avec Marcial, Et que je vois un groupe qui a fait l’entraînement avec nous la veille, qui commence à monter, je demande à mon guide si je ne peux pas faire le chemin avec eux et il me rejoindra au campement. Il accepte et j’ai bien fait car il arrivera 2h30 après moi. Vite, je rejoins le groupe. Il y a une française avec qui je fais la montée. C’est raide mais drôlement beau. À un moment un gars me rattrape et me dis, juste à temps, qu’il faut que je tourne (je ne vais pas au même campement que les autres, mais un peu plus haut). Il s’appelle Victor et c’est en fait un des cuisiniers de l’agence. Le chemin jusqu’au campement devient plus technique avec des dalles ou je dois m’aider de cordes… pas facile avec le gros sac et tout le matériel mais enfin nous y arrivons : 5200m, vue sur le glacier, une table en pierre face au lac en contrebas avec des aigles et des mouettes des montagnes (oui, oui!) qui tournent dans le ciel. Victor me prépare un mate. Parfait ! Puis Marcial arrive et nous dînons. À 18h, je suis prête à me coucher. Nous avons fixé l’heure de lever à 1h du matin. Pas de bol, un groupe d’une dizaine de bolivien arrive et bien que Marcial leur ait demandé de faire attention, ils parlent à voix hautes, faisant des blagues et rigolant pendant bien 2h30…

The last day: à minuit et demie les boliviens se lèvent. Je reste blottie au chaud dans mon duvet un petit moment avant de me préparer à mon tour. Avec Marcial nous partons à 2h pétantes. 10 minutes de marche d’approche puis nous arrivons à la neige et chaussons les crampons. 2 pas et mon crampon droit se fait la malle… Je rappelle mon guide. Les « fixations » ne sont pas assez serrées… On refait les réglages, tout va bien. Nous montons à allure régulière, faisons de courtes pauses où je ne manque pas de m’hydrater et de me ravitailler en continue. J’ai l’impression d’être en mode « Sainté Lyon » : le départ de nuit, la lune qui éclaire la neige, les lampes des autres cordées (même s’il n’y a heureusement pas le même nombre de personnes sur le glacier que pour la course !!), manger et boire pour éviter la fatigue, les crampes,… Bref avoir un ravitaillement énergétique constant,… Bon sauf que là on est à plus de 5000m quand même ! Nous commençons à doubler du monde, sur la gauche nous passons au dessus d’un lac qui scintille au clair de lune, puis viennent quelques passages un peu plus techniques pour passer au dessus de crevasses, et la pente se durcit. Nous sommes à présent 5 cordées à nous suivre et attaquer la partie finale sur une crête vertigineuse: de chaque côté, un vide impressionnant. Le sentier se fait pas après pas, en plantant le piolet. Le froid me gèle la main qui tient le piolet, je ne peux plus m’en servir, donc plus avancer. Je reste là un moment au milieu de la crête à bouger mes doigts pour que le sang revienne. Ça fait un mal de chien mais, ça y est, je peux repartir. Et je me permets même une nouvelle pause pour prendre des photos 🙂 C’est magnifique, le soleil s’apprête à sortir. Je parcours les dernièrs mètres jusqu’au sommet. Cette fois j’y suis! 6088m! Nous sommes entre 10 et 15 à avoir réussi à monter aujourd’hui. Le soleil passe par dessus les montagnes et commence déjà à nous réchauffer. De l’autre côté, l’ombre triangulaire de la Huayana Potosi s’étend sur les plaines. Fabuleux !

La redescente jusqu’à 4700m, au premier refuge sera plus éprouvante pour moi. C’est long, il fait chaud, l’inconfort des chaussures et la fatigue se font sentir… Mais c’est toujours aussi beau et je suis contente d’avoir réussi !

La dernière partie au lever dujdu jo

Ça y est!! Je suis au sommet !

Publicités

6 commentaires sur « La Paz et alrededores »

  1. coucou Lulu,Je souhaies juste te laisser un petit mot d’encouragement et de félicitation pour ton blog. Je ne me lasse pas de te lire, tes conseils sont précieux, et la plume fluide et agréable. Je trouve que tes articles sont très instructifs, clair, concis avec une teinte d’humour et de superbes photos.J’espère pouvoir suivre ta trace et partir moi aussi pour un tour du monde à ma retraite.Je te fais une grosse bises et te souhaites plein de bonnes choses pour la suite de ton aventure.

    J'aime

  2. Wouah! les photos du sommet sont époustouflantes! quelle température il y faisait?
    et la descente en VTT, quelle durée pour ces 62 km? les mains et les articulations ont du souffrir!

    J'aime

  3. Coucou Lucile
    Magnifique tes photos, tes récits ,….Cette ascension a l’air époustouflante, mais difficile… je n’imagine même pas le vertige !!!!
    De multiples activités qui sont très différentes et qui doivent te faire découvrir tellement de lieux, de gens,…
    Plusieurs personnes m’ont dit que tu écrivais bien…. C’est chouette.
    Nous serons ravis quand tu nous raconteras cette aventure de vive voix.
    Mille bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s